Honorer et laisser jaillir sa créativité

Depuis quelques temps je m’interroge beaucoup sur l’Être et le Faire. La situation mondiale que nous vivons, est une invitation à réinterroger l’essentiel, comment être dans ce monde en prenant ma place. Comment ne pas sombrer dans la lassitude et l’abattement ou la colère, voir l’agressivité, alors que beaucoup de choses pourraient nous y entrainer ? Ce n’est pas évident cette histoire.





Toute notre vie nous apprenons à faire pour devenir qui nous pensons devoir être et paraitre. Je fais un bon en arrière, au tout début de la vie. Lorsque le bébé vient au monde il EST dans son essence, il est tel qu’il doit être, dans sa plus grande authenticité et simplicité. Puis en grandissant il commence à faire pour répondre aux attentes de ses parents, la famille puis de la crèche si il y va, et encore de l’école. La rencontre avec les copains, les évènements qui façonnent sa vie l’obligent à réagir et à faire pour s’adapter. Et petit à petit on perd de notre Être pour faire et devenir qui l’on croit Être. Et en même temps c’est humain de faire pour s’adapter.


Doit ton vivre une vie de Faire, pour à un moment donné s’offrir une pause et s’apercevoir que tout à été vain. Que tout est là depuis le début et qu’il nous suffisait d’Être sans faire ? C’est un peu une révolution, car juste Être ne semble au premier abord pas suffire. Et si finalement c’était ça quand même ? On peut perdre une vie à Faire et perdre totalement son Être dans les plis de l’étoffe des jours. Et si on s’autorisait à Être qui nous sommes ?

Personnellement le moyen que j’ai trouvé pour rejoindre cet état d’Être, cette essence de nous-mêmes, est l’expression de ma créativité. Depuis toute petite, cette manière d’être au monde a été mon phare, ma boussole, mon moteur, mon miroir pour finalement devenir mon métier, art-thérapeute. Œuvrant dans le champ de la naissance et de l’enfance, je suis passionnée par cette créativité de la future mère, et de son enfant. Porter la vie est une mise en forme d’une certaine créativité. La femme qui porte un enfant est une fileuse, la mère est une tisserande qui tisse les fils de la vie. Le bébé enveloppé de ces fils colorés va en tirer certains pour Être et exprimer qui il est vraiment. On parle aussi de la mémoire fœtale dans l’expression des premières traces de l’enfant, qui ne sont pas préméditées mais qui suivraient un processus identique à tout être. Mais cela est une autre histoire que je vous conterai peut-être un jour.


Lorsque l’on laisse jaillir ce qui est en nous, et qu’on lui donne forme dans la matière, nous laissons sortir naturellement qui nous sommes. Je ne parle pas là de faire une œuvre, en cherchant le beau absolument, même si ça ne l’exclu pas. Mais dans l’élan créatif, il y a une sorte d’accouchement de soi, une sorte de mise au monde de tout ce que nous sommes, le clair, le sombre, le blanc, le noir, ce qu’on aime et ce qu’on aime moins. Accepter de lâcher le connu, ce que nous connaissons à force de faire, pour aller vers le moins connu, juste Être et le laisser sortir dans la matière, de manière permanente ou éphémère. Tout passe, et ne pas s’attacher à sa trace est également source de liberté . Ho ça ne vient pas toujours comme ça. C’est un long processus, qui comprend ses périodes fastes et des périodes arides. La créativité elle aussi est soumise à un cycle. Parfois il y a cette nécessité absolue de créer, puis viennent des périodes de sécheresse, où rien de vient, où on se sent vide. Mais je crois profondément que de s’offrir ce temps de création, de s’offrir quelques instants pour laisser s’imprimer dans la matière une facette de nous est salutaire et permet d’ouvrir un sentier vers la connaissance de soi. La créativité est pour moi un chemin à la rencontre de soi. Mais ce chemin n’est pas linéaire. Ce n’est pas grave, c’est normal.

A l’occasion de mon grand déménagement de la France vers l’Allemagne, j’ai fais du tri, j’ai du jeter des tonnes de créations. J’avais parfois la sensation d’arracher un bout de moi. Mais ce tri était nécessaire pour avancer. Pourtant pendant un moment après cela je me suis sentie vide, vidée de mon inspiration par peur de devoir jeter, me rejeter. Mais je me trompais. Ce grand tri a été nécessaire pour renouveler mon inspiration créatrice. Il m’a offert une clef de la liberté intérieure. Je crois, parce que je le vis, que lorsque notre vie intérieure, notre nature authentique prend forme dans la matière, on peut la regarder et la laisser aller à être librement sans s’y cramponner. C’est une photo, un instantané, mais nous sommes tellement plus que cela. Alors il ne sert à rien de s’y attacher. Mais on peut entretenir un dialogue pour écouter ce que cette création a à nous dire, nous révéler, puis la laisser aller, sans s’y accrocher. Et parfois, elle ne nous dit rien, et c‘est ok aussi. Mais ce mouvement de l’intérieur vers l’extérieur cette mise en forme dans la matière est importante pour une meilleure connaissance de soi. On n’a pas besoin de tout comprendre et tout conscientiser tout de suite. Parfois les significations viennent plus tard au hasard d’un chemin inempreinté. Nous sommes des êtres complexes, et c’est ce qui fait la beauté de la vie. Vouloir tout comprendre serait comme mettre un poisson dans un bocal et le voir tourner, rassuré que rien ne débordera, et que rien ne changera. Or tout est mouvement, tout évolue, rien n’est figé.


L’idée n’est pas de se dire je vais faire une magnifique création. L’invitation est de se poser dans son espace de création, qui peut être nomade, dans la nature, à une table un banc, un jardin, peut importe et d’écouter ce qui gronde en soi pour le laisser se révéler au grand jour. Ouvrir le canal de réceptivité, écouter et laisser naitre la trace, la forme, le mouvement. Peut importe la créativité peut prendre de multiples formes et c’est magnifique de constater cela. La créativité peut aussi prendre forme dans le « rien ». Dans le silence de l’Être, dans une simplicité dépouillée. Finalement la créativité est l’expression de notre manière d’être au monde. D’ailleurs elle jaillit d’une écoute intérieure, pour se révéler authentique.


Vous sentez appelées par mes propos ? Comment ça résonne en vous ?

Peut-être ressentez vous une résonance intime qui vous invite à vous interroger .. et pourquoi pas moi ? Mais vous ignorez comment vous mettre en chemin.

Si vous vous sentez attirée par une telle démarche créative , je vous invite à me contacter afin de nous rencontrer à l’occasion d’une séance découverte. Je me ferai une joie de vous écouter et de vous présenter ma manière de travailler. N’hésitez pas.

Je vous souhaite une délicieuse journée,

Bien chaleureusement,

Virginie


#louveetlune#prendresoindesmeres#prendresoindesoi#femmecreative#journalcreatif#arttherapie#naturopathie#doula#maternite#feminite#transformationspsychiques#creerlelienavecbebe#choisirsavie#conte#chemindecontes#creativiteduquotidien#creersavie#ecouterlemessagedescontes#petitsbonheursetcreation#creersavie#decouvrirsaproprecreativite

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout